Moi, Daelim, 20 ans et en pleine forme


Bonjour je m’appelle Daelim. J’ai 20 ans, je sais je ne fais pas âge mais ne me faites pas rougir par vos compliments, ma couleur est d’origine.

J’ai plein de copines : Honda, Suzuki… Mais je les trouve un peu prétentieuses. Elles s’affublent de petits noms genre « super club, dynamic… deluxe !!! » vous voyez le style… Ce n’est pas mon truc. Moi je suis simple et je ne brille que par mon endurance.

Eng, mon propriétaire, est très gentil avec moi. Il faut dire que je le lui rends bien. Je suis toujours prête à tout avec lui. Il est sympa Eng. Des fois, il m’emmène faire un tour à la campagne, sur des chemins boueux. Je m’embourbe mais je m’en sors toujours. Pas que je sois une bête, mais il sait me faire prendre de l’élan quand il faut, après c’est à moi de jouer !

Il y a des moments tout de même, j’en ai plein le dos et j’aimerais souffler un peu. Mais Eng a toujours besoin de moi ! Alors j’accepte les bouteilles de gaz, les poules accrochées à mon guidon, les poissons qui débordent des paniers que Eng s’ingénue à bricoler pour en mettre le plus possible ou les sacs remplis de cartons et d’autres sacs de riz.

Je suis très heureuse quand je peux rouler avec mes copines, et mes potes tuk tuks, sur Monivong Bd. Il y a des grandes lignes droites où on peut faire les fous et des feux rouges pour papoter et faire du bruit ensemble. C’est cool ! Je ne dis pas qu’on s’arrête à tous les feux rouges, non, bien sûr, d’ailleurs j’adore me faufiler entre les tuk tuks et les camions et rouler à contresens. Ce que j’aime moins, ce sont les grosses Lexus des gens qui se donnent de l’importance et qui ne me laissent jamais passer. Il faut savoir rester simple, moi je dis.

Ce qui me plait le plus, c’est quand je peux emmener des gens. Cà c’est marrant. Une fois, je me souviens, j’ai traversé Phnom Penh avec 6 ou 7 personnes sur mon dos ! A un moment j’ai arrêté de compter, je trouvais que ça faisait beaucoup. Il y a avait une partie de la famille de Eng : sa grand mère, juste derrière lui, le petit dernier coincé entre la grand mère et la fille, un autre petit blotti dans son krama entre la fille et sa femme. Et le fils du voisin qui tenait le guidon…

Parfois je donne des signes de faiblesse. Je tousse. Je fume un peu aussi. Ou alors je refuse de démarrer. C’est ma façon à moi de montrer que j’ai du caractère, nom d’un pipe ! Quand cela m’arrive, Eng m’accompagne, à pied, chez le voisin. Un petit vieux très souriant qui connait tout de moi, y compris mes entrailles et mes organes. Il est sympa ce monsieur, parce que quand je le quitte, je pête la forme !

C’est mon histoire, ma vie de tous les jours.

Publicités

Motoboat


Le centre de Battambang est partiellement inondé. De l’eau jusqu’en haut des mollets

Chacun se débrouille : on prend de l’élan là où il y a moins d’eau et on tente de naviguer ; on quitte teeshirts et tongs pour profiter de la douche, on barricade les maisons avec des sacs, des paillassons et ce qu’on a sous la main, on joue dans la rue, on récupère l’eau de pluie avec des bassines, on fait la lessive dans l’eau boueuse.

20120515-131401.jpg
Ce qui est sûr c’est que les gens attendent la pluie. Ce qui serait dans certains pays une catastrophe d’avoir les pieds mouillés est ici accueilli avec joie. Pourtant, ce n’est pas forcément drôle d’avoir de l’eau dans sa maison ou de voir son toit s’envoler. Mais c’est apparemment surmontable, même pour les plus pauvres.

Et les motodop deviennent des motoboat.

Ca roule !


Cela fait un moment que je voulais présenter les différents moyens de transport ici. Alors voici une liste non exhaustive de ce qui roule, transporte, charrie, véhicule, des gens et tout ce qu’on peut imaginer. Cliquez sur les photos pour les voir en grand.
Il y en a quelques uns que je ne peux pas vous montrer, mais que l’on voit aussi fréquemment :
  • Le semi remorque
  • Le camion citerne
  • Le char à buffles
  • La Mercedes classe S des ambassades
  • Le camion de poubelles la nuit
  • La carriole poubelle tout le temps
  • Les tongs très pratiques
  • La voiture de police (on voit pas pas souvent)
  • La pirogue de fête (pour la fête des eaux – 40 mètres – 70 personnes)
  • Le camion de pompier (pas encore vu)
  • La fourrière (qui ne ramasse pas les voitures mais fait un tour en ville le soir)
  • L’avion
  • Le train (ne circule pas, deux lignes seulement, que des marchandises)
  • Le « bamboo train » (à Battambang – alias le train que l’on démonte pour en croiser un autre)

Il y en a sûrement qui manquent, complétez la liste !

Galerie

Tuk tuk jet ski


Pour ceux qui ont déjà vu un jet ski, lorsque le pilote est éjecté et tombe à l’eau, la machine se met à avancer très doucement et tourne en rond, de façon à ce que le pilote puisse remonter dessus.

Et bien un chauffeur de tuk tuk c’est pareil. Il ne sais souvent pas lire, même quand c’est écrit gros. Une carte ? oui, pourquoi pas,mais il ne trouve pas toujours la rue. Et ne sais pas non plus comment y aller. Ca arrive.

Je me rendais donc ce soir à mon bel hôtel, rentrant de mon rendez vous dans une super ONG puis d’une marche active pour aller chercher mon billet de bus pour Kep, où je vais la semaine prochaine. Je vous raconterai la gare routière. Pas mal…

Donc hôtel archi connu à Phnom Penh. Je demande à un tuk tuk de m’y emmener, moi venant d’une rue inconnue sur le plan en plein centre ville.

D’un air déterminé, la conducteur m’a lancé un franc « yes » qui présage toujours un problème à un moment ou à un autre. On se met d’accord sur le prix (toujours avant la course, sinon la négociation à l’arrivée est assez dure) et en avant dans la circulation tonitruante.

Ne sachant pas d’où je partais, je n’ai pas prété attention au trajet, tout en cherchant désespérément un point de repère. Pas de point de repère, et la pétrolette poursuit son allure régulière, tournant là à droit, ici à gauche…

Puis je me rends compte que nous arrivons au Stade olympique, qui est, disons à l’opposé de l’hôtel.

Je rappelle la destination au chauffeur, sort mon plan, montre là où c’est, explique comment y aller, prendre le Bd Monivong, puis la rue 178, puis le quai Sisowath, puis on est arrivé. Facile.

Nous voici reparti à un train d’enfer (entre 5 et 12 km/h tout de même), dans la bonne direction, puis arrivé à un croisement critique, le voici qu’il repart dans la direction opposée. Un raccourci ?

Puis mon ami chauffeur a fait plusieurs tours du bloc, ce qui m’a fait beaucoup rire. J’ai attendu un peu de voir pour la 3eme fois la marchande de coquillages, qui à chaque fois me saluait, pour enfin lui dire de tourner à droite, plutôt qu’à gauche. une minute après, l’hôtel se dressait devant moi, sauvé, libéré.

Un chauffeur de tuk tuk perdu, c’est comme jet ski : ça tourne en rond.

Petit point pour ceux qui pensent que je me la coule douce au bout du monde :

Au niveau des rendez-vous, cela s’annonce très bien :

  • chambre de commerce franco-cambodgienne
  • ambassade de france
  • une ONG qui fait de l’édition de livres pour promouvoir l’écrit dans les campagnes (je leur donne un coup de main mardi pour faire une tournée avec eux dans des villages)
  • Paul, un franco-khmer qui veut s’installer ici, on fait équipe
  • Proseth, un français d’origine khmer, consultant, qui vit ici depuis 5 ans et travaille dans la communication
  • une journaliste française installée ici depuis 16 ans
  • une chef d’entreprise d’investissement immobilier touristique
  • une directrice d’une école française à Kep
  • une directrice d’hôtel à Kep
  • un directeur d’une ONG qui construit des centres de formation
  • trois patrons d’hôtels à Phnom Penh
  • un directeur d’agence de voyages sur mesure
  • un directeur d’une entreprise qui fait pousser des salades et des légumes
  • un directeur d’un lodge en pleine campagne à Battambang
  • une ONG centrée sur le développement de l’art khmer comme vecteur de développement personnel à Battambang aussi
  • un designer d’intérieur
  • et peut être le proviseur du lycée français de Phnom Penh
  • + quelques touristes ou expats çà et là

J’en ai d’autres sous le coude, j’y travaille demain.

Pour ceux qui veulent savoir où sont Kep et Battambang, regardez la page « Carte du Cambodge » de ce blog. Chacune de ces villes est à environ 5h de bus.

Ca va rentrer dans l’avion ?


Partir un mois au Cambodge, ce n’est pas partir en vacances. J’ai suivi les conseils des femmes qui m’entourent et j’en suis à 94 kilos 😉

Je vais devoir faire comme quand on prend Ryanair : je vais tout déballer sur le carrelage de la salle d’enregistrement, et séparer ce qui est absolument indispensable de ce qui sera sans aucun doute parfaitement inutile.

Allez, tout cela est pour rire, mon bagage attend de rentrer dans le gros avion…

Previous Older Entries

Uniterre

Carnets de voyage - Blogs de voyage - Uniterre

e-voyageur

e-Voyageur

Paperblog

Voyage-Annuaire.com

Canalmonde

Ma petite maison d'édition

Ce n'est pas parce qu'on écrit pour les petits qu'il faut écrire comme un petit

Suo sdey ! Cambodia News

Partir au Cambodge, voyage au Cambodge, expatriation et solidarité !

My Totebag

Le fourre-tout d'une découvreuse qui a besoin de vider son sac

Scent Corner The Blog

Where scent meets travel

Par ici les bonnes nouvelles !

Pour en finir avec la morosité, place aux Idées à Haute Valeur Humanité

Jacques Blog- par Jacques Bloch

Stratégie et développement international

L'Observatoire du BoP

Entreprise, Pauvreté, Développement

Suo sdey ! News from Cambodia

Khmer news - Impressions du quotidien au Cambodge, et sur l'expatriation et la solidarité

-- Mémoires d'Outre-Atlantique

Il était une fois aux Etats Unis...

Le Barang

La Drôle de Vie des Expatriés au Cambodge

Ma Cuisine et Vous

Quelques recettes juste pour vous

Vivre au Cambodge

Blog d'un expatrié au pays du sourire

existence !

blog de philosophie imprévisible, dir. Jean-Paul Galibert

That's Life !

Regard amusé d'un humaniste engagé, passionné de mécénat, de voyage et de découverte des autres !

Actualité du mécénat et des fondations de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche

La veille de l'IFFRES, Institut Français des Fondations de Recherche et d'Enseignement Supérieur

%d blogueurs aiment cette page :