Voyage solidaire, vraiment ?


La grande tendance, c’est faire solidaire. On en trouve partout : sur les paquets de café comme dans les articles de journaux. Tout le monde en parle, cela frise l’indigestion.

La solidarité, c’est aussi distinguer le naturel du trucage. Ici, c’est nature.

Au palmarès des pays où le mot solidaire est prononcé, le Cambodge doit se tailler la part du lion. Personne ne sait vraiment combien d’ONG sont présentes sur place, les estimations oscillent entre 2500 et 4000. Une solidarité Nord Sud fondamentalement utile, encouragée mais Plus

Publicités

Le changement c’est maintenant !


Deux mois, il aura fallu deux mois tout juste pour observer l’évolution tgv de Phnom Penh. Deux mois et je constate
depuis Février :

  • Il y a plein de panneaux de circulation dans la ville et des affiches incitant à la prudence au volant
  • Il y a sur toutes les affiches publicitaires (c’est à dire très peu) la mention « drink responsibly » et sur les paquets de cigarettes la mention « fumer tue » (enfin je crois parce que c’est écrit en khmer)
  • Il y a près du Stade Olympique un immense panneau d’affichage publicitaire en led, juste devant une pagode
  • Il y a quelques tuk tuk d’origine chinoise « Ju Ling » qui ne vont pas plus vite que les autres, mais font plus de bruit et ont la marche arrière
  • Il y a 30 nouveaux hôtels ayant ouvert ou allant le faire d’ici l’été
  • Il y a le projet de reconstruction des voies de chemin de fer et de réhabilitation de la gare de Phnom Penh qui a stoppé suite à un accident lors de la construction d’une voie a Sihanoukville
  • Il y a le lac Boueng Kak complètement remblayé
  • Il y a le délai de mise en place des transports en commun (bus) qui est passé de l’échéance 2035 à 2017
  • Il y a 14 morts à la frontière Cambodge-Thaïlande, 14 civils cambodgiens ayant été cueillir du bois de rose sur le territoire du voisin
  • Il y a le Cambodia Daily qui a augmenté sa pagination de 4 pages et créé un quotidien d’information en khmer
  • Il y a des caméras de video surveillance sur le Quay Sisowath
  • Il y a 12 nouvelles écoles privées (International blabla School ou Management blabla School) en cours de création
  • Il y a la prévision d’un organisme international qui vient de paraître et indique 6,6% de croissance en 2012, soit 1 point de moins que prévu en Février
  • Il y a 100 villas livrées sur Koh Pich et une seule occupée. La surface d’Elite Island a augmenté de 35%
  • Il y a 2 maisons qui sont tombées dans le Mékong
  • Il y a eu 17 manifestations pour le respect du droit de propriété

20120529-173349.jpg

Et le plus important : Angkor Beer a changé les capsules de ses bouteilles de bière, je suis complètement perdu.

La nature reprend toujours le dessus


Cet article n’est pas une prise de position politique : un étranger n’a rien a dire sur la façon dont le pays est conduit : je reste simplement un observateur curieux et interessé.

Il y a des jours… On découvre tout de même des choses étranges.

Deux exemples actuels :

Boeung Kak Lake : ce lac artificiel a été crée lors du Protectorat Français pour faire office de réservoir tampon lors des grandes crues de la rivière Tonlé Sap et du Mékong? Ce qui a évité pendant de nombreuses années a Phnom Penh d’être totalement innondée. Du bon sens. Sauf que le Gouvernement a décidé de confier cette zone à une société privée sous forme de concesssion foncière. Le lac a été remblayé avec le sable du Mékong, les 300 familles habitant sur les bords expropriées et c’est aujourd’hui une étendue plane de plus de 3ha au coeur de la ville attendant la construction d’immeubles d’habitation, d’un centre commercial et peut être d’un casino. Résultat : Phnom Penh a été innondé dès les premières grosses pluies de Mai.

20120522-085550.jpg
Plouf !

Koh Pich : l’île du Diamant était il y a encore 3 ou 4 ans une petite zone peuplée de maraîchers. C’est aujourd’hui une île qui s’agrandit de jour en jour (surface X10), gagnant de l’espace sur la rivière. Dessus, on a déja construit un centre de congrès et de mariage, des bars, un club de golf (Elite Golf Club), des villas de luxe et en cours sans doute une tour face au Mékong. Et un pont qui traversera le fleuve. Si l’on peut se réjouir du développement d’infrastructures, on observera du fleuve quelques maisons tombées dedans. C’est de la mécanique des fluides pour les nuls : plus le passage est étroit, plus l’eau va vite et ronge la berge…

Voilà. Les intérêts de la population, la cohérence de l’urbanisation, le développement des infrastructures se fait au jour le jour, en fonction d’intérêts plus souvent personnels que publics ; l’environnement n’est pas une priorité, et quand la nature décide de reprendre le dessus, ça porte a conséquence. C’est le lot des pays en développement. Mais à un moment, la réalité rattrapera le pays et ses dirigeants : le marché unique asiatique Asean par exemple, va imposer un peu de régulation et de vision politique. C’est à espérer pour les 16 millions d’habitants de ce pays merveilleux.

Tout le monde y gagne


Social business. Voilà une expression qui prend tout son sens ici. Attablé au Vei Yo Tonlé « non-profit cambodian restaurant », je découvre que le bénéfice de ce resto est utilisé pour aider les enfants en détresse (violés, emprisonnés, battus) à se reconstruire une vie en apprenant un métier, en l’occurrence la cuisine et la danse. Le menu : curry vert de légumes et tofu grillé (soupe) puis riz frit aux légumes verts et basilic.

20120209-201249.jpg

Un resto pas tout à fait comme les autres

C’est la nouvelle façon dont les associations évoluent ici. J’avais évoqué le sujet précédemment mais je voulais y consacrer un article. Aller dans ces endroits à une connotation particulière.

Ça s’appelle le « social business » et ce n’est pas une révolution. C’est du bon sens appliqué.

Il y a pas mal de choses ici dans ce domaine : des restos (Friends est le précurseur), des boutiques (on propose à des enfants des rues ou habitant une décharge de récupérer des objets pour en faire d’autres objets « vendables », aidés par un designer qui les aident à développer leur créativité), une ONG qui s’occupe des familles vivant sur les décharges (propose aux touristes d’aller avec eux au marché local acheter fruits, légumes et poissons pour nourrir des enfants des rues + un complément à discrétion pour financer des cours d’alphabétisation)…

Ce qui distingue ce type d’action est qu’elle s’inscrit sur le long terme : donner une formation à un jeune ou une personne en difficulté lui donne une chance d’avoir un avenir.

Pour le client (touriste quasi exclusivement, les khmers ne donnent pas grand chose) ce n’est pas faire un don : c’est vivre une expérience généreuse en se faisant plaisir.

Tout le monde est donc gagnant sans fournir d’effort demesuré. Ça c’est vraiment bien et ça me tente.

Cette expérience me montre encore une fois que ce voyage et ce pays sont des aventures humaines avant tout. Ça, ça me plaît beaucoup aussi.

Le Cambodge qui se lève tôt


Tiens, en pleine période électorale, je me suis dit qu’une allusion au petit Nicolas ne lui ferait pas de mal. Enfin ici, c’est un inconnu total, personne n’en parle, ni les gens ni la presse. Pas besoin.

Je voulais vous parler du Cambodge qui travaille. J’ai passé une après midi formidable avec Philippe, entrepreneur français qui s’est lancé dans la production de salades sur les bords du Mékong.

Philippe est un passionné de salades et du Cambodge. Alors il emmène régulièrement des touristes qui veulent voir des choses différentes toute une après midi, départ 14h00 en bateau, sur les rives du Mékong.

Là, une immense surprise attend les voyageurs. Plutôt que de faire la promo des salades, il nous emmène dans un village pour une visite « nature », toute simple comme je les adore : aller rencontrer les gens dans leur quotidien, dans leurs maisons, dans leurs activités.

En vrac, nous sommes allé visiter une école, élèves au garde à vous, chanson, rires, sourires. Rencontre de bonzes à la pagode. Puis le forgeron, l’installation d’eau potable financée par l’ONG du coin, le poste de maternité (ONG aussi), les bassins piscicoles, les rizières et les gens dans les rizières, les plantations de papyrus et les gens dedans, la fabrication des nattes (de la préparation du papyrus, la teinture puis le tissage). Visite aussi de l’exploitation de Philippe et rencontre des ouvriers. J’oublie certainement des choses mais les photos sont là, dans la galerie, pour compenser ma sénilité.

Tout ce Cambodge du bord du Mékong, qui reconstruit parfois sa maison après la saison des pluie quand le fleuve a tout emporté, travaille dur. On le sent, on le voit.

Merveilleux attrait de gens simples, dynamiques, souriants (oui je sais je répète), en un mot VIVANTS. Les photos parlent d’elles mêmes.

Trajet retour très sympa avec au passage des maisons flottantes, des barques de pêche, scènes de baignade dans la rivière et un sublime coucher de soleil sur la Mékong. Le tout avec fruits frais, jus de fruits. Inoubliable.

Philippe est un homme courageux, entrepreneur dans l’âme. Il ne se contente pas de faire pousser des salades. Il implique les gens du village dans le travail, finance avec une partie des gains des excursions l’ONG, qui elle même travaille dans plusieurs villages sur les thèmes de l’accès à l’eau potable, des soins médicaux et de l’éducation. Je dois rencontrer le patron de cette ONG bientôt.

Très belle après midi donc, riche de rencontres, de visages souriants et de chaleur, loin du bruit de Phnom Penh. En rentrant sur le Sisowath Quay, c’était danse traditionnelle khmère à fond et à côté hip hop… à fond. Ce n’est pas la quiétude du Mékong !

Uniterre

Carnets de voyage - Blogs de voyage - Uniterre

e-voyageur

e-Voyageur

Paperblog

Voyage-Annuaire.com

Canalmonde

Ma petite maison d'édition

Ce n'est pas parce qu'on écrit pour les petits qu'il faut écrire comme un petit

Suo sdey ! Cambodia News

Partir au Cambodge, voyage au Cambodge, expatriation et solidarité !

My Totebag

Le fourre-tout d'une découvreuse qui a besoin de vider son sac

Scent Corner The Blog

Where scent meets travel

Par ici les bonnes nouvelles !

Pour en finir avec la morosité, place aux Idées à Haute Valeur Humanité

Jacques Blog- par Jacques Bloch

Stratégie et développement international

L'Observatoire du BoP

Entreprise, Pauvreté, Développement

Suo sdey ! News from Cambodia

Khmer news - Impressions du quotidien au Cambodge, et sur l'expatriation et la solidarité

-- Mémoires d'Outre-Atlantique

Il était une fois aux Etats Unis...

Le Barang

La Drôle de Vie des Expatriés au Cambodge

Ma Cuisine et Vous

Quelques recettes juste pour vous

Vivre au Cambodge

Blog d'un expatrié au pays du sourire

existence !

blog de philosophie imprévisible, dir. Jean-Paul Galibert

That's Life !

Regard amusé d'un humaniste engagé, passionné de mécénat, de voyage et de découverte des autres !

Actualité du mécénat et des fondations de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche

La veille de l'IFFRES, Institut Français des Fondations de Recherche et d'Enseignement Supérieur

%d blogueurs aiment cette page :