Is it your wife ?


Installé tranquillement au bar du Cabaret Vert, à Battambang, j’attendais mon tuk tuk pour me rendre au spectacle des élèves de l’Ong Phare Ponleu Selpak.
Je rencontre Sophie, une backpacker française un peu perdue ici. On discute voyage, elle fait le tour de l’Asie du Sud Est en deux mois et est enthousiasmée par le Cambodge où elle termine son périple. Le chauffeur de tuk tuk arrive. « Hello sir tuk tuk ? » arghhh ! Encore ! Mais cette fois-ci c’était pour moi.

Sur le chemin il me dit « your wife is beautiful ! » Je sais que ma douce est belle mais elle n’est pas là. Voyant mon air interrogatif, il me dit un peu gené : « is it your wife sir ? » et non, mauvaise pioche mon gars, c’est pas elle ! Plus un mot ensuite. Je devine à son air que son penchant est plutôt vers la gente masculine. On aura tout vu. Mais je sais aussi que les cambodgiens trouvent toujours très étrange de voir un homme seul.

Arrivé à Phare Ponleu Selpak, il me dit avec un sourire pas comme je vois d’habitude : « Do you want I wait you ? » Euh oui, parce que je ne ferai pas 4km à pied pour revenir à l’hôtel.

Superbe spectacle.

Au retour, le même chauffeur et même sourire appuyé : « Sir, I am here, please come on my tuk tuk ! Do you want to have a drink in Battambang ? I know a very good place cheap price for you and a lot of men » (Eh Monsieur je suis là, installez-vous ! Voulez-vous boire un verre à Battambang ? Je connais un bon endroit, bon prix pour vous, et beaucoup d’hommes). Ah, nous y voilà. Et bien non mon gars, tu vas faire un tour Battambang by night et ensuite hôtel et toi tu restes dans ton tuk tuk.

Il n’insiste pas.

Je suis allé ce midi à un mariage khmer. Si vous vous emm… dans les mariages francais, tentez l’experience ici. C’est beaucoup plus cool.

On m’avait dit rv à 11h. A 10h50 j’étais la. Précision francaise. Juste oublié qu’ici, l’heure n’a aucune importance. J’arrive sur les lieux, je me guide grâce aux boum boum de la musique. Au bout d’un (long) chemin de terre, j’arrive dans les 1001 nuits. Le décor etait improbable ; à gauche, un élevage de cochons, à droite une vieille femme étend son linge au milieu d’une dizaine d’enfants sales.

Au milieu de ce bazar rural, l’entrée brillait de leds qui se confondaient avec les paillettes des mariés et des hôtesses. A mon arrivée, je me suis senti ridicule : je ne parle pas khmer, je ne connais personne, je suis en pantalon en lin, tee shirt, tongs. Pas de problème ! Petit cadeau, salut traditionnel, je passe le tunnel des saluts et arrive dans la « salle » : un chapiteau de bric et de broc tendu entre deux maisons. Déco riche, couleurs vives, chaises en plastique recouvertes de tisssu, tables rondes, plateau tournant pour les plats, canettes de bière, verres et robes à paillettes. Jai oublié mes lunettes de soleil.

Ils sont beaux et ça brille !

Je me fais alpaguer par un « ancien » édenté qui m’accompagne à la premiere table : deux khmers la cinquantaine chemise à fleurs brodée, un petit vieux qui ne faisait que rigoler, trois jeunes filles, un bébé. Bienvenue, pas le temps de m’assoir que j’avais une canette en main et qu’on a trinqué.

J’attendais mes compatriotes de l’ONG que j’ai rencontré hier dont celui qui m’a invité. A ma table, je ne parle pas khmer, ils ne parlent pas anglais ni francais. Je décide de les prendre en photo. Tout le monde s’excite, l’ambiance se détend, on rigole tous, cool, une bière, les filles commencent à poser des questions, le père demande de traduire, super !

Je vois mes francais arriver, je les rejoins et m’installe à leur table. Tous des artistes, cheveux longs barbe ou dreadlocks, baba cool très sympas. Tout un univers encore différent. Decidemment, ici, cest un monde de rencontres !

Puis arrivent les plats. Le principe est que les deux familles invitantes cassent leur tirelire et offrent plus que ce que les invités peuvent manger.

Le truc que j’ai appris à ce moment là est que la bière casse (un peu) le feu du piment et que les ‘santé’ collectifs et cul sec sont très très nombreux. D’où la technique imparable de demander aux hôtesses chargées de ça de remplir le verre de glacons avant de remplir de bière. Sinon vous roulez sous la table au bout d’une 1/2 heure. Et sous la table il se passe des choses… Vous verrez ça un peu plus tard.

Première série de plats : les entrées. Ail confit, cacahuètes grillées sel/sucre à la citronnelle et au piment, boulettes de bœuf à la citronnelle, un truc genre cervelas indéfinissable, petits légumes marinés aigre doux, nems, salade volaille crue et légumes, boulettes blanches qui ressemblent à des yeux gluants avec du piment dedans.

Débarrassage. Deuxième série de plats. Rôti de bœuf (luxe ici) sur lit de vessie de ???, choux cru ; poussins rôti (on termine par la tête, impératif, c’est le meilleur),

Petite danse et fruits pour faire passer.

Débarrassage. Troisième série de plats. Amok de poisson (poisson entier mariné et cuit dans du lait de coco, excellent et identifiable !), émincé de boeuf et de calamar aigre douce, poivre cru de Kampot (excellent) et légumes au wok.

Débarrassage. Quatrième serie de plats. Soupe de crevettes et de bœuf, riz blanc, riz parfumé au ???

Pas de dessert. On a évité la pièce montée avec les mariés en plastique dessus et la chantilly. C’est pas le genre ici, la chantilly étant avantageusement remplacée par les coiffures, les toilettes, les talons aiguille vertigineux et les soutien-gorges rembourrés, à paillettes s’il vous plaît.

Entre temps, vous videz votre bol sous la table, les déchets et tout ce qui vous gêne ou que vraiment vous ne pouvez pas avaler + les canettes vides. Un exemple de recyclage : ce qui nest pas mangé nourrit les animaux, les canettes sont récupérées par les enfants. Le tout en direct, en toute discrétion, la place est propre quand vous partez.

Les cuisines ? pas de commentaires :

Pour ce qui est de l’ambiance, il y a un orchestre, les gens chantent sur scène (qui veut, donc souvent tres faux !), un mur d’enceintes qui crachent basses et voix tres nasillardes.

Au centre de la pièce, une table remplie de fruits. Symboliquement, les mariés arrivent, dansent avec trois garcons et trois filles autour de la table puis s’arrêtent. Le marié prend une grappe de raisin, offre un grain à la mariée, ils mangent tous les deux, s’embrassent sur la joue (ils sont tres pudiques et timides) puis re-danse autour. Ensuite, tout le monde est invité à prendre un fruit et à le partager avec sa table. C’est une belle pratique, sauf pour celui qui prend un litchi, un peu petit pour 8.

Puis les mariés invitent les tables proches à danser avec eux, tourner autour de la table à fruits. C’est un peu le bazar de danser et d’éviter les gens qui viennent chercher un fruit. Je l’ai fait. Rigolo.

Le temps passe, les gens changent de table, font du bruit, boivent beaucoup de bière et de glacons et ne manquent absolument de rien. Ce brouhaha est joyeux, moqueur, amusant, décontracté. Vous ne connaissez personne, vous n’etes pas invité ? Vous êtes accueilli comme un prince, on vous offre tout. Vous êtes etranger ? Plus il y a d’étrangers, plus cela porte chance au couple.

Arrive ensuite la distribution des petits gâteaux et des enveloppes : chacun est invité a faire un don, selon ses moyens, pour participer au repas. A la sortie, vous déposez votre enveloppe avec un billet dans une urne ultra kitsch et vous êtes remercie 4 fois par un salut généreux : par les mariés, les deux couples de parents, les garcons et filles d’honneur. A la sortie : photo !

Pas de gâteau, peu de protocole, pas de cérémonial en dehors de celui des fruits. Le reste, c’est la fête jusqu’a ce qu’il n’y ait plus personne. Et cela dure trois jours pleins.

Hier matin, a côte de l’hôtel, un autre mariage a commencé a 4h30 du matin : dès que la mariee est réveillée, on doit tout mettre en route.
Ce matin, 5h, cérémonie d’enterrement : un homme chante la vie du défunt qui va maintenant entrer dans une nouvelle vie. Cela dure aussi des heures.

Publicités

Uniterre

Carnets de voyage - Blogs de voyage - Uniterre

e-voyageur

e-Voyageur

Paperblog

Voyage-Annuaire.com

Canalmonde

Ma petite maison d'édition

Ce n'est pas parce qu'on écrit pour les petits qu'il faut écrire comme un petit

Suo sdey ! Cambodia News

Partir au Cambodge, voyage au Cambodge, expatriation et solidarité !

My Totebag

Le fourre-tout d'une découvreuse qui a besoin de vider son sac

Scent Corner The Blog

Where scent meets travel

Par ici les bonnes nouvelles !

Pour en finir avec la morosité, place aux Idées à Haute Valeur Humanité

Jacques Blog- par Jacques Bloch

Stratégie et développement international

L'Observatoire du BoP

Entreprise, Pauvreté, Développement

Suo sdey ! News from Cambodia

Khmer news - Impressions du quotidien au Cambodge, et sur l'expatriation et la solidarité

-- Mémoires d'Outre-Atlantique

Il était une fois aux Etats Unis...

Le Barang

La Drôle de Vie des Expatriés au Cambodge

Ma Cuisine et Vous

Quelques recettes juste pour vous

Vivre au Cambodge

Blog d'un expatrié au pays du sourire

existence !

blog de philosophie imprévisible, dir. Jean-Paul Galibert

That's Life !

Regard amusé d'un humaniste engagé, passionné de mécénat, de voyage et de découverte des autres !

Actualité du mécénat et des fondations de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche

La veille de l'IFFRES, Institut Français des Fondations de Recherche et d'Enseignement Supérieur

%d blogueurs aiment cette page :