Lucky Lucky ! ou le sens du service à la cambodgienne


Pour vos visas pour le Cambodge, une fois sur place, pensez Lucky !

Venir au Cambodge n’est pas une aventure. Ce n’est pas pire que d’aller en Afrique ou en Amérique du Sud.

Avant le départ, il faut simplement prendre ses précautions : trouver le bon équilibre « poids/efficacité » de ses bagages, avoir des papiers à jour et accepter de passer une quinzaine d’heures en avion pour arriver à Phnom Penh. Sans oublier le bon guide touristique, en français ou en anglais. Celui que je préfère est Lonely Planet (en version Kindle, c’est parfait) et pour sortir des sentiers battus « To Cambodia with love » (vous en trouverez d’autres ici).

Lucky ou le service à la cambodgienne

Et qu’en est-il pour le visa ? L’ambassade explique, de manière pas toujours compréhensible, que vous avez le choix entre touriste et business (qui ne s’appelle pas toujours business d’ailleurs). Le premier est valable 30 jours, renouvelable une fois, le second est valable 30 jours, renouvelable… plusieurs fois.

Vous pouvez prendre le premier Plus

Phnom Penh : où sont les femmes ?


Soirée très exotique et dépaysante chez Jean-Marc sur Riverside.

D’abord parce que Jean Marc est un cambodgien qui vient de Marseille. Ca commence assez fort à la commande d’une Angkor Beer. Il fait chaud ce soir, et seule une Angkor va me rafraîchir.

« Tiens, bonsoir, tu viens de France ? » me lance Jean-Marc, que je n’avais jamais vu de ma vie. Je regarde l’individu, je pensais qu’il était assis mais non, il était debout à côté de moi. « Oui, bonsoir, je suis arrivé il y a longtemps déjà »… et bien sûr, impayable le Jean-Marc, il me lance un « Peuchère, un Français ! ça fait plaisir » et poursuivant avec un accent  du sud à peine forcé « Boudu con, moi je suis de Marseille ! ».

A Phnom Penh, il y a aussi des femmes normales et respectables. Pas que des « opportunités » à « pécho ».

Très gentil Jean-Marc, mais tu as plutôt le look d’un cambodgien : tu es petit, tu as les yeux bridés et le sourire jusque là. Plus

Ma Camry est bien garée


Le trottoir de Phnom Penh est LE lieu de vie de la ville. Tout se passe sur le trottoir. D’ailleurs, d’une manière générale, tout se passe dehors au Cambodge.

Si vous lisez ce blog régulièrement, vous savez que l’on y trouve des vendeurs, des cantines, du linge qui sèche et des 4X4. Curieusement, on ne trouve pas de piétons sur les trottoirs. les piétons marchent sur la rue, au milieu des moto, cyclos, autos, tuk tuk et autres engins roulants plus ou moins identifiés.

Moi, je gare ma voiture dans mon salon, qui fait boutique le jour et chambre pour les enfants la nuit.

Le piéton est une espèce peu considérée. Traverser la rue relève de l’exploit (voir l’article sur ce sujet ici), mais marcher plus de

Plus

Emmanuelle Nhean, peintre émouvante


Les artistes ont une vision du monde à la fois brute et sensible.

Emmanuelle Nhean n’échappe pas à cette règle fondamentale de la sensibilité : elle provoque le sentiment, rapproche les cultures, exprime le chemin.

Les Trois Grâces d’Emmanuelle Nhean

Comme beaucoup de cambodgiens, Plus

Les 50’s cambodgiennes


Au détour de la rue 178, mon regard est arrêté, que dis-je, interpelé, par une affiche publicitaire.

En France, mon père était agent de voyages. C’était à l’époque où chaque périple se concevait sur mesure, où l’on partait en croisière transatlantique et pour aller plus près on prenait la SNCF à vapeur pour se rendre dans une station balnéaire. Une belle époque, celle des années 50 et 60, où l’avion était encore (un peu) à hélice et le train (un peu) à vapeur.
Lorsque je parcours une brocante, je suis toujours sensible à ces affiches de promotion de « la Société des Bains de mer de Deauville » ou de la destination « Afrique Orientale par Air France ». Des illustrations magnifiques, on rêve encore de ces voyages où le temps n’a pas d’importance, flânant entre deux étapes.
Rue 178, à Phnom Penh, voici une affiche dans le même style. Un brin colonial, une idéalisation du Cambodge via Apsara et Angkor. Mixée avec des bons au porteur, des certificats et des cartes d’époque, cela donne une ambiance rétro très agréable.

Poésie, couleurs et charme, c’est hier et aujourd’hui

Je m’approche de cette galerie qui vient d’ouvrir. Un cambodgien est nonchalamment installé Plus

Previous Older Entries

Uniterre

Carnets de voyage - Blogs de voyage - Uniterre

e-voyageur

e-Voyageur

Paperblog

Voyage-Annuaire.com

Canalmonde

Ma petite maison d'édition

Ce n'est pas parce qu'on écrit pour les petits qu'il faut écrire comme un petit

Suo sdey ! Cambodia News

Partir au Cambodge, voyage au Cambodge, expatriation et solidarité !

My Totebag

Le fourre-tout d'une découvreuse qui a besoin de vider son sac

Scent Corner The Blog

Where scent meets travel

Par ici les bonnes nouvelles !

Pour en finir avec la morosité, place aux Idées à Haute Valeur Humanité

Jacques Blog- par Jacques Bloch

Stratégie et développement international

L'Observatoire du BoP

Entreprise, Pauvreté, Développement

Suo sdey ! News from Cambodia

Khmer news - Impressions du quotidien au Cambodge, et sur l'expatriation et la solidarité

-- Mémoires d'Outre-Atlantique

Il était une fois aux Etats Unis...

Le Barang

La Drôle de Vie des Expatriés au Cambodge

Ma Cuisine et Vous

Quelques recettes juste pour vous

Vivre au Cambodge

Blog d'un expatrié au pays du sourire

existence!

Le site de Jean-Paul Galibert

That's Life !

Regard amusé d'un humaniste engagé, passionné de mécénat, de voyage et de découverte des autres !

Actualité du mécénat et des fondations de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche

La veille de l'IFFRES, Institut Français des Fondations de Recherche et d'Enseignement Supérieur

%d blogueurs aiment cette page :