Que d’eau, que d’eau…


Evidemment, vous vous attendez à découvrir un article sur la saison des pluies au Cambodge, aux inondations dues à la crue du Mékong ou encore aux grandes difficultés que connaissent la plupart des Cambodgiens pour se déplacer lorsqu’il y a de l’eau partout.

Et bien non. C’est de l’eau saine dont on parle ici et maintenant.

Le hasard fait bien les choses : lors de mon dernier déplacement Plus

Publicités

Tout le monde y gagne


Social business. Voilà une expression qui prend tout son sens ici. Attablé au Vei Yo Tonlé « non-profit cambodian restaurant », je découvre que le bénéfice de ce resto est utilisé pour aider les enfants en détresse (violés, emprisonnés, battus) à se reconstruire une vie en apprenant un métier, en l’occurrence la cuisine et la danse. Le menu : curry vert de légumes et tofu grillé (soupe) puis riz frit aux légumes verts et basilic.

20120209-201249.jpg

Un resto pas tout à fait comme les autres

C’est la nouvelle façon dont les associations évoluent ici. J’avais évoqué le sujet précédemment mais je voulais y consacrer un article. Aller dans ces endroits à une connotation particulière.

Ça s’appelle le « social business » et ce n’est pas une révolution. C’est du bon sens appliqué.

Il y a pas mal de choses ici dans ce domaine : des restos (Friends est le précurseur), des boutiques (on propose à des enfants des rues ou habitant une décharge de récupérer des objets pour en faire d’autres objets « vendables », aidés par un designer qui les aident à développer leur créativité), une ONG qui s’occupe des familles vivant sur les décharges (propose aux touristes d’aller avec eux au marché local acheter fruits, légumes et poissons pour nourrir des enfants des rues + un complément à discrétion pour financer des cours d’alphabétisation)…

Ce qui distingue ce type d’action est qu’elle s’inscrit sur le long terme : donner une formation à un jeune ou une personne en difficulté lui donne une chance d’avoir un avenir.

Pour le client (touriste quasi exclusivement, les khmers ne donnent pas grand chose) ce n’est pas faire un don : c’est vivre une expérience généreuse en se faisant plaisir.

Tout le monde est donc gagnant sans fournir d’effort demesuré. Ça c’est vraiment bien et ça me tente.

Cette expérience me montre encore une fois que ce voyage et ce pays sont des aventures humaines avant tout. Ça, ça me plaît beaucoup aussi.

Des initiatives formidables


Pas de sujet précis aujourd’hui, la journée a été émaillée d’un défilé de dragons chinois qui m’ont surpris au petit déjeuner (nouvel an chinois demain 23 – 3 jours fériés au Cambodge),visite de deux marchés incroyables (marché russe et vieux marché), d’un déjeuner dans un resto très local (2,5$ le repas – des menus complets à 1,25$), d’une manifestation d’une ONG pour aider à sauver des enfants de la rue, et puis marcher dans les rues… jusqu’à une bonne douche précédant un spectacle de percussions khmers (la bataille entre les singes et le géant).

Je suis très enthousiasmé par ma visite d’hier, dans une ONG qui s’occupe de diffuser l’écrit auprès des enfants, et plus largement des personnes en difficulté.

Belle initiative démarrée par un français il y a 20 ans, en pleine guerre civile. Au début, l’idée était de créer des bibliothèques dans les écoles, les khmers rouges ayant brûlés tous les livres, et les écoles avec.

350 bibliothèques ont été créées dans tout le pays.

Puis le projet a évolué : création de bibliobus, pour faire aller le livre dans les campagnes, biblio-sac à dos pour aller dans les régions encore plus reculées, édition de livres en khmer pour les enfants (apprendre à lire, puis avoir plaisir à lire), et les adultes (femmes en détresse – prostituées, femmes violées ; prisonniers).

Les livres du Sipar, ONG merveilleuse

J’ai proposé mon aide, je trouve ce projet à la fois utile et passionnant. Que de plus beau que de voir progresser quelqu’un ! Alors mardi, je pars en bibliobus, avec un khmer et une volontaire française, sillonner la campagne et distribuer des bouquins.

Autre expérience passionnante : hier soir, je suis allé manger dans un restaurant (« Friends »), rue 13. C’est l’évolution naturelle des ONG : le business social. C’est un restaurant qui forme des jeunes cambodgiens à la restauration (cuisine, salle, gestion). La clientèle est uniquement occidentale (dommage), mais le chiffre d’affaires est totalement réinvesti dans la formation des jeunes.

En salle, vous avez donc des « trainees » (formés), des « trainers » (formateurs), et tout le monde vous accueille et vous sert avec un très grand professionnalisme et beaucoup de bonne volonté. Vous savez que ce que vous payez va directement au bénéfice des jeunes du restaurant. Un business qui marche du tonnerre et où tout le monde est gagnant. Prix du repas : environ 5$.

Uniterre

Carnets de voyage - Blogs de voyage - Uniterre

e-voyageur

e-Voyageur

Paperblog

Voyage-Annuaire.com

Canalmonde

Ma petite maison d'édition

Ce n'est pas parce qu'on écrit pour les petits qu'il faut écrire comme un petit

Suo sdey ! Cambodia News

Partir au Cambodge, voyage au Cambodge, expatriation et solidarité !

My Totebag

Le fourre-tout d'une découvreuse qui a besoin de vider son sac

Scent Corner The Blog

Where scent meets travel

Par ici les bonnes nouvelles !

Pour en finir avec la morosité, place aux Idées à Haute Valeur Humanité

Jacques Blog- par Jacques Bloch

Stratégie et développement international

L'Observatoire du BoP

Entreprise, Pauvreté, Développement

Suo sdey ! News from Cambodia

Khmer news - Impressions du quotidien au Cambodge, et sur l'expatriation et la solidarité

-- Mémoires d'Outre-Atlantique

Il était une fois aux Etats Unis...

Le Barang

La Drôle de Vie des Expatriés au Cambodge

Ma Cuisine et Vous

Quelques recettes juste pour vous

Vivre au Cambodge

Blog d'un expatrié au pays du sourire

existence !

blog de philosophie imprévisible, dir. Jean-Paul Galibert

That's Life !

Regard amusé d'un humaniste engagé, passionné de mécénat, de voyage et de découverte des autres !

Actualité du mécénat et des fondations de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche

La veille de l'IFFRES, Institut Français des Fondations de Recherche et d'Enseignement Supérieur

%d blogueurs aiment cette page :