Traverser la rue, c’est très formateur


38 degrés, à l’ombre. La transpiration me noie dans une brume épaisse et torride. Il est 16h30. Je regarde à gauche et à droite, comme on m’a appris lorsque j’étais petit. Je vois des policiers scrutant la circulation chaotique. Les feux rouges sont hs. L’un d’eux se met au centre du carrefour et siffle de tout son souffle. Ca se complique.

Faire la circulation à Phnom Penh est inutile : la circulation se fait toute seule, étonnamment fluide et dense. Dense surtout à ce moment de la journée où les riches et puissants sortent leur 4X4, où les étudiants prennent leurs motos et les tuk tuk ramènent leur cargaison, cartons,vélos, touristes, familles, bonzes et autres. Tout se mèle, tout s’emmêle.

Ouh la la !

C’est alors que je tente, sur un « zebra », de me frayer un chemin pour passer de l’autre côté de l’avenue Monivong, pas loin de la gare.

Traverser… oui, je dis bien traverser, c’est encore un grand mystère et une galère.

Les rues sont de plus en plus encombrées de piétons s’ajoutant aux vendeurs de baguette, de noix de coco, de beignets, de friandises, de granités et d’autres mets indéterminés ; d’enfants ramassant les canettes et bouteilles en plastique ; d’écoliers en uniforme. Phnom Penh, c’est comme cela : un univers grouillant et bruyant, joyeux et incirculable, sur des trottoirs encombrés de 4X4 rutilants et de motos façon fourmilière.

Phnom Penh n’est pas conçu pour les piétons. Et moi je suis sur le trottoir et je me prépare…  j’aime retrouver cette dose d’inconscience légère qui m’aidera à traverser le boulevard. Je devrais être un Chat Botté ou un kangourou… A défaut, je suis un piéton transpirant sur un trottoir moite devant une meute incompréhensible et a priori impénétrable.

Je me rends compte d’une règle simple : je dois oublier ce qu’on m’a appris. Ici on reagrde à droite et après à gauche. Parce que sur un boulevard à 4 files, il y a au moins 6 voire 8 files. Les plus proches du trottoir roulent à contresens croisant la file « normale », qui se fait doubler voir évite la file d’en face qui s’en brusquement élargie en empiétant sur la file à contresens. Vous suivez ? De plus, les virages se prennent tous à la corde, ce qui signifie que la moto que vous entendez arrive du côté où vous ne l’attendez pas.

Phnom Penh c’est une formation continue au management du risque : j’arbitre entre la probabilité d’un accident et le bénéfice potentiel de traverser la rue.

Une fois que vous avez compris la règle de base des cambodgiens sur la rue : « keep moving », vous avez tout compis. Ne jamais vous arrêter, ne jamais douter. Toujours se couvrir par un véhicule plus gros. Accompagner le mouvement et participer à la fluidité d’ensemble. Etre capable de reculer a dernier moment. Ne jamais forcer la passage à plus gros que soi.

Je viens d’appliquer ces règles. Je ne suis définitivement pas un kangourou et j’apprends. c’est toute la vie du cambodgien qui est synthétisée dans la circulation.

Je viens d’arriver de l’autre côté de l’avenue et je suis bien.

Publicités

3 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. monda
    Juil 21, 2012 @ 06:18:20

    et quand il pleut à torrent ??? méthodologie différente ?????

    Réponse

    • Marc
      Juil 22, 2012 @ 11:47:01

      Bonjour Stéphane, Ton post me rappelle ma dernière expérience sur traverser une rue à Saïgon. Enfin, pas une rue, un boulevard. Ce que tu décris tu peux le multiplier par deux ou trois. La seule façon de s’en sortir est 1. de conserver son sang froid en faisant confiance à l’arbitrage réussite / échec 2. de faire confiance au motos qui ont l’habitude et gèrent parfaitement. Enfin Jusqu’au jour où ….
      Plus sérieusement, j’espère que tu vas bien et que tu pourras nous (me) faire un topo sur les objectifs et ambitions cambodgiennes. Je n’ai pas abandonné mon idée d’expatriation au Cambodge.
      Enfin, pour info, je n’ai pas accès à la moitié de tes posts avec un affichage de type « contenu indisponible ». Je ne sais pas pourquoi.
      Finalement, quand il pleut à torrent, il me semble que la ville s’arrête. On en a du temps à Phnom Penh !
      Amitiés.
      Marc

      Réponse

  2. Rétrolien: Ma voiture est bien garée « Suo sdey ! News from Cambodia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Uniterre

Carnets de voyage - Blogs de voyage - Uniterre

e-voyageur

e-Voyageur

Paperblog

Voyage-Annuaire.com

Canalmonde

Ma petite maison d'édition

Ce n'est pas parce qu'on écrit pour les petits qu'il faut écrire comme un petit

Suo sdey ! Cambodia News

Partir au Cambodge, voyage au Cambodge, expatriation et solidarité !

My Totebag

Le fourre-tout d'une découvreuse qui a besoin de vider son sac

Scent Corner The Blog

Where scent meets travel

Par ici les bonnes nouvelles !

Pour en finir avec la morosité, place aux Idées à Haute Valeur Humanité

Jacques Blog- par Jacques Bloch

Stratégie et développement international

L'Observatoire du BoP

Entreprise, Pauvreté, Développement

Suo sdey ! News from Cambodia

Khmer news - Impressions du quotidien au Cambodge, et sur l'expatriation et la solidarité

-- Mémoires d'Outre-Atlantique

Il était une fois aux Etats Unis...

Le Barang

La Drôle de Vie des Expatriés au Cambodge

Ma Cuisine et Vous

Quelques recettes juste pour vous

Vivre au Cambodge

Blog d'un expatrié au pays du sourire

existence !

blog de philosophie imprévisible, dir. Jean-Paul Galibert

That's Life !

Regard amusé d'un humaniste engagé, passionné de mécénat, de voyage et de découverte des autres !

Actualité du mécénat et des fondations de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche

La veille de l'IFFRES, Institut Français des Fondations de Recherche et d'Enseignement Supérieur

%d blogueurs aiment cette page :